AccueilAccédez à tous les cas des précedents histoséminairesPage dédiée à la formationConsultez les dates intéressant la dermatopathologieInscrivez vous au club, à la liste de diffusion, écrivez nous
  dimanche 15 décembreIdentifiez vous





Présentateurs : Baptiste Sourty 1, Ulrike Lerolle 2, Carole Vandamme 3, Sami Kettani 4 (1 Département de Pathologie Cellulaire et Tissulaire, CHU Angers, 4 rue Larrey 49100, Angers. 2 Clinique Saint-Joseph, 51 rue de la Foucaudiere, 49800 Trélazé. 3 Centre Dermatologique de l’Anjou, 139 Rue des Ponts de Ce, 49000 Angers. 4 Centre de Patholog)
1Homme de 68 ans. Apparition d’une éruption cutanée apparue au décours d’une chimiothérapie par Avastin et Inorial pour un adénocarcinome broncho-pulmonaire. Il s’agit d’une éruption érythémateuse pustulo-papuleuse, non prurigineuse, en petits éléments de quelques milllimètres, sur le tronc. Il n’y a pas d’atteinte des muqueuses. Biopsie d’une lésion pustuleuse du flanc gauche. Hypothèses diagnostiques cliniques : éruption médicamenteuse pustuleuse, folliculite à éosinophiles, folliculite bactérienne ou fungique.
Présentateurs : A.BENNANI (1), S.MALKI(1), A. MIRY(1), K.ZNATI ((1) service d’anatomie pathologique. CHU MOHAMED VI. OUJDA. (2) service d’anatomie pathologique. CHU AVICENNE. RABAT. MAROC)
2Nourrisson de 11 mois sans antécédent pathologique notable examiné pour un nodule cutané sus orbitaire droit de 2 cm avec multiples maculo-papules violacées cutanées siégeant sur le dos, le tronc et le visage, épargnant les membres. Ces lésions se disposent sur un fond non érythémateux et ne sont pas prurigineuses. Les lésions évoluent depuis 2 semaines et font évoquer une leucémie ou une histiocytose langerhansienne. Une aspiration de la moelle avec cryométrie en flux a été réalisée et n’a pas montré de cellules blastiques circulantes ni d’autre signe en faveur d’une leucémie.
Présentateurs : Audrey Truong1, Marie Weinborn2, Léa Marciano1, Nicolas Ortonne1 (1Département de Pathologie, AP-HP, Hôpital Henri Mondor, Créteil 2Service d’Anatomie-Pathologique, CH de Valenciennes)
3Il s’agit d’un patient de 84 ans présentant des lésions d’allure cyanotique en plaques maculeuses, localement papuleuses, sur le bord des doigts et des orteils. Les hypothèses cliniques étaient un granulome annulaire ou une vascularite de type cryoglobulinémie.
Présentateurs : Anaïs Brunet, Saskia Oro, Nicolas Ortonne (Département de Pathologie et service de Dermatologie, AP-HP, Hôpital Henri Mondor, Créteil)
4Il s’agit d’un patient de 30 ans, sans antécédent hormis une allergie à la pénicilline, consultant pour des lésions anales et péri-anales évoluant depuis trois mois. L’interrogatoire rapporte la notion d’un rapport sexuel non protégé il y a huit mois A l’examen clinique il s’agit de lésions anales bourgeonnantes et localement ulcérées dont la plus volumineuse mesure 4 cm de grand axe, de couleur chair, indolore. Il existe une extension à la partie postérieure sous la forme de lésions érosives. Le reste de l’examen clinique est normal.
Présentateurs : A. Gerbe, B. Balme (CHU, Lyon Sud)
5Nous rapportons le cas d’un enfant de 9 ans qui consulte pour une lésion du pli du coude droit apparue à l’âge de 1 an. La lésion ressemble cliniquement à une papule cicatricielle persistante. Sur le plan biologique, l’enfant présente une discrète hyperéosinophilie.
Présentateurs : M. Badrignans (1), M-H Aubriot-Lorton (1), F Vitte (2), M Battistella (3), D Salameire (4) ((1) Service de Pathologie, CHU Dijon, 21000 Dijon, (2) Cypath, 21000 Dijon, (3) Service de Pathologie Hopital Saint Louis, 75475 Paris, (4) Cypath, 38100 Grenoble)
5Une patiente de 42 ans, ayant comme seul antécédent une infertilité, a présenté une plaque rosée mal limitée infiltrée et dense de 4 cm, sous le sein gauche avec prurit associé d’évolution stable. De façon concomitante, il a été découvert une adénopathie cervicale isolée, avec un scanner TAP normal. Les deux lésions ont été prélevées.
Présentateurs : S. Fauquier, V. N'Guyen, ML Jullie (Bordeaux)
6Madame P, 77 ans, antécédent de polyarthrite traitée par corticothérapie au long cours, sans autre antécédent particulier, présentant une lésion rétro-auriculaire gauche en regard de la mastoïde.
Présentateurs : F. Camy, A. Pacaud, L. Dequidt, B. Vergier (Bordeaux)
7Femme de 56 ans. Depuis 5-6 ans, apparition d’une plaque maculeuse avec hypersudation au niveau du flanc en hémi-ceinture droite. Extension progressive de la plaque et aggravation de l’hypersudation. A l’examen clinique, discrète diminution de la sensibilité T10 et absence de réflexe cutané abdominal au niveau controlatéral. Pas d’autres symptômes neurologiques ou généraux. Explorations: IRM médullaire: normale. EMG: Anomalie très nette du réflexe cutané sympathique.
Présentateurs : Khadija Cherif, Bénédicte Cavelier-Balloy (Cabinet de dermatopathologie - Mathurin Moreau, 75019)
8Homme de 58 ans, sans antécédent pathologique, présentant des épisodes récurrents de papules prurigineuses du visage et des épaules (Fig. 1 et 2), depuis plusieurs mois, sur un terrain atopique, sans prise médicamenteuse ni exposition solaire. Biopsie d’une papule du cou : prurigo?




Club de DermatoPathologie
Site de l'Association pour le Développement de la DermatoPathologie
www.dermatopathologie.fr
pour toute information : vaguemestre : Jeannine Wechsler
responsable du site et conception : Béatrice Vergier
conception et réalisation : Martin Vergier
© droits réservés Club de Dermatopathologie (ADDP) 2004
recharger cache